Loading

9 ASTUCES POUR SE MOTIVER À FAIRE DU SPORT

Après mon accouchement, j’ai très vite ressenti le besoin de reprendre le sport pour décompresser et sauver ce qu’il restait de ma masse musculaire. Je ne prétends pas être la petite fille de Schwarzenegger, mais pendant la grossesse les muscles fondent comme neige au soleil (merci les hormones).

Depuis un moment, bébé et moi avons trouvé notre rythme de croisière, et je peux enfin me constituer un programme de remise en forme digne de ce nom. Je vous reparlerai de mon activité sportive post accouchement en temps voulu, mais en attendant, je vous propose de découvrir les 9 astuces qui m’aident à me motiver à faire du sport quand je rêve plutôt de mon lit et d’une série.

1 – Établir un programme pour la semaine

C’est plus facile de se lancer quand on sait où on va. Le dimanche soir, quand je suis dans mes périodes sportives assidues, je planifie ma semaine à venir. Par exemple, je prévois abdos-fessiers le lundi, bras et dos le mardi, une séance cardio le mercredi…
Si vous préférez courir ou pédaler, vous pouvez planifier quelques sessions de fractionné et une ou deux séances d’endurance plus longues, selon vos habitudes.
Si vous ne savez pas par où commencer ou comment planifier vos sessions sportives, je vous recommande de débuter avec un programme tout fait. L’année dernière, j’avais écrit un article comparatif sur trois programmes : le Bikini Body Guide, Insanity et T25. Depuis, j’ai aussi essayé le Top Body Challenge et j’ai beaucoup aimé ! J’ai d’ailleurs décidé de le recommencer. Si vous voulez que je vous le décortique dans un article, comme je l’ai fait pour les trois programmes cités précédemment, n’hésitez pas à me le demander dans les commentaires.

2 – Se fixer des objectifs (réalistes)

Fixez-vous des objectifs, mais veillez à ce qu’ils restent réalistes. Par exemple, « je dois perdre huit kilos avant mon anniversaire dans 17 jours », ça ne l’est pas. Pas plus que « tiens, mes amis tentent un marathon le mois prochain, j’ai bien envie de les rejoindre, après tout courir c’est juste mettre un pied devant l’autre en accéléré, non ? ».
Par contre, se donner huit semaines pour perdre une taille de pantalon ou pour réussir à courir dix kilomètres au lieu de cinq, c’est faisable. Avoir un objectif en tête et visualiser un but nous aide à travailler dans ce sens. Une fois le palier atteint, on peut se fixer un nouveau défi pour aller encore plus loin.

3 – Suivre ses progrès

Les photos de soi en sous-vêtements, ça peut faire mal si on a des complexes. L’avantage, c’est que ça aide vraiment à voir les progrès accomplis. Vous faites du sport assidûment depuis plusieurs semaines mais vous êtes démotivé(e) car vous avez l’impression de stagner totalement ? Prenez-vous en photo et comparez avec votre silhouette de départ… vous voilà regonflé(e) à bloc pour repartir de plus belle !
Vous pouvez également faire un petit test sportif au début de votre remise en forme. Par exemple, calculez le nombre de pompes, de burpees ou de fentes que vous parvenez à faire en une minute. Répétez l’opération toutes les deux semaines pour constater votre progression !

4 – Compter les centimètres, pas les kilos

Si votre objectif est de perdre du poids, arrêtez de vous peser. Ça semble paradoxal, mais si votre poids ne descend pas aussi vite que vous le souhaiteriez, ou si le chiffre qui s’affiche sur votre balance stagne désespérément depuis des jours, vous risquez de perdre toute motivation. Cependant, à volume égal, le muscle pèse plus lourd que la graisse. Si vous perdez du gras mais gagnez du muscle grâce à une pratique sportive, il est possible que vous pesiez plus lourd tout en étant en réalité plus mince. Je vous conseille donc plutôt de prendre vos mesures avec un mètre ruban pour constater vos progrès : tour de cuisse, de hanches, de taille…

5 – Fixer une alarme (et s’y tenir)

Si vous avez du mal à vous motiver au quotidien (en d’autres termes : si vous êtes victime de ce mal que l’on appelle la flemme), enregistrez une alarme sur votre téléphone. Attention, je vous vois venir : vous allez sereinement la programmer pour 18h30, l’heure à laquelle vous devez répondre à vos derniers mails tout en préparant le repas des enfants. Évidemment, dans ces circonstances, la séance sportive risque fort de passer à la trappe. Alors, faites-moi le plaisir de choisir une heure raisonnable, un moment creux où vous êtes sûr(e) de pouvoir vous libérer et caser trente minutes d’exercice. Par exemple, maintenant. Oui, vous êtes en train de lire un blog, c’est probablement car vous n’avez rien de plus important à faire, non ?

6 – Dormir en tenue de sport

Ce n’est peut-être pas une bonne idée si vous pratiquez l’escrime ou la natation. Par contre, si votre tenue de combat implique un short et un tee-shirt, essayez de dormir en tenue de sport. Dès le réveil, vous n’aurez plus qu’à sauter dans vos baskets et à aller vous entraîner : la fameuse excuse du « j’ai la flemme de me changer » ne marche plus. C’est tout bête, mais psychologiquement, ça joue beaucoup ! Et si vous préférez faire du sport le soir, essayez d’enfiler votre tenue dès votre retour à la maison, même si vous ne faites pas votre séance tout de suite.

7 – S’inscrire à un cours avec un(e) ami(e) motivé(e)

Je sais, je sais, l’ami(e) motivé(e) en question est très difficile à trouver. Mais si vous avez la chance d’avoir cette espèce rare dans votre entourage, ne la lâchez pas ! Proposez-lui de vous inscrire à un cours ou dans une salle de sport et choisissez plusieurs créneaux dans la semaine pour aller vous entraîner ensemble. Il sera moins facile d’annuler si vous savez que quelqu’un vous attend et compte sur vous pour la petite session fitness du mercredi soir. Et puis, progresser à deux, c’est très motivant !

8 – Manger équilibré

Quand on se donne à fond dans une activité sportive, on peut avoir tendance à se lâcher un peu plus au niveau de l’assiette. Du genre « j’ai couru une heure ce matin, je peux bien me permettre de manger la moitié du pot de Nutella à la petite cuiller, qui es-tu pour me juger ».
Je serais bien mal placée pour vous faire la morale car le Nutella à la petite cuiller, ça me connaît. Mais ce que je sais aussi, c’est que plus on mange équilibré, plus on a envie d’avoir une hygiène de vie saine. C’est un cercle vertueux. C’est facile de se dire « j’ai mangé n’importe comment aujourd’hui, je laisse donc tomber ma séance de sport car ça ne servira à rien ». Mais quand on a été exemplaire sur le plan nutritionnel toute la journée, on ne souhaite pas que ces efforts soient vains, ce qui nous encourage à faire un peu d’exercice pour compléter.

9 – Trouver une façon de se récompenser

Je vous vois venir… « On peut se récompenser avec du Nutella à la petite cuiller, alors ?? ».
Théoriquement, vous pouvez, mais je ne vous le conseille pas… Récompensez-vous avec ce que vous voulez, tant que ça ne se mange pas. Par exemple, mettez un euro dans une tirelire à chaque fois que vous faites une séance de sport et offrez-vous une nouvelle montre dans quelques semaines. Ou une jolie robe pour mettre en valeur votre nouvelle silhouette. Ou une séance de kiné pour soulager les courbatures que vous n’aviez pas à l’époque où vous aviez encore la flemme. Ben quoi, on ne me remercie pas ?

Vous avez des astuces pour dire non à la session TV-pizza et oui à la séance baskets-haltères ? L’hiver approche et nous avons tous besoin d’une double dose de motivation… Laissez vos conseils dans les commentaires !

8 comments

  1. Coucou 🙂
    Sympa l’idée de dormir avec sa tenue! Je n’y avais pas pensé! Je ne fais pas du sport en salle, mais j’essaye de faire du footing dès que je le peux en semaine et des fois le matin j’ai la flemme, je vais essayer cette astuce et te dire si ça a marché pour moi 🙂

  2. En période de chômage (je retourne a l’école fin janvier) je me suis justement inscrite a la salle hier ! J’ai attaqué ce matin et suis hyper motivée. Mon objectif c’est de de muscler muscler muscler (jsuis trop mince https://deepspiritfr.blogspot.fr/2016/10/faut-manger-un-peu-tes-trop-maigre.html donc l’avantage c’est que pas de kilos à perdre) Les motivations sont multiples : bien être, sociabilisation (pas facile en période de chômage) Et surtout OBJECTIF : Petit fessier musclé !

  3. Ah ah je te cite : « Oui, vous êtes en train de lire un blog, c’est probablement car vous n’avez rien de plus important à faire, non ? » Hé bien ma petite dame, je suis actuellement branchée à mon tire-lait !! 😀
    Perso, j’avais repris le sport le jour où j’ai repris le boulot, quand le lardon avait 10 semaines. Chaque matin, j’enfilais ma brassière de sport, un pantalon, et go sur Gym Direct pour 20 minutes. Comme toi, je faisais le programme le dimanche et chaque jour je cochais la séance une fois faite (sur google Keep). En revanche, impossible de dormir avec la brassière car étant conçue pour le sport, elle me maintient beaucoup trop les boobs!
    Et puis, le lardon a arrêté de faire ses nuits pendant un temps, et je n’arrivais plus du tout à me lever dès que le réveil sonnait.. Aujourd’hui, même s’il dort mieux, je n’y parviens toujours pas ! Faut dire que la première tétée a lieu vers 7 heures, qu’on la passe dans le lit avec le papa qui se réveille doucement à côté… Difficile dans ces conditions de descendre faire du sport xD Donc je cherche encore mon créneau idéal.
    Mais merci pour ces conseils, notamment l’idée de mesurer sa progression en comptant combien de pompes on fait 🙂 Je voyais clairement une progression sur mon endurance au bout d’un mois, mais ce n’était pas quantifiable. Là au moins, si je reprends, je pourrai mesurer ça 🙂

    1. Ahah le tire-lait, une vraie bonne excuse pour trainer sur internet ! Et les longues tétées aussi, le must c’est quand ton bébé s’endort au sein et que tu peux te mettre une petite série tranquille (ça t’aide à oublier l’horrible crampe que tu as dans le bras aussi, double utilité).
      De mon côté aussi c’est réveil vers 7 heures, et pour que je mette un réveil plus tôt ce n’est plus de la motivation qu’il me faudrait, mais du dopage ! 😉

Laissez-moi un petit mot au sujet de cet article !