Loading

LA FAMEUSE DATE BUTOIR

date-butoir-une-2

Le voilà enfin, ce jeudi 4 Août 2016. Cette fameuse date à laquelle on se raccroche durant neuf mois, un jour qui semble mettre une éternité à arriver. Et puis un matin, on y est : à terme. Je suis aujourd’hui enceinte de 40 semaines (ou 42 semaines d’aménorrhée, pour celles qui préfèrent compter comme ça). Et comme vous vous en doutez… j’attends toujours bébé !

Même si les choses commencent à s’éterniser, j’aurais au moins savouré pleinement ces dernières semaines de grossesse. Je profite de ma famille proche actuellement en vacances chez moi, mais aussi de la plage tant que je le peux encore, je m’adonne à la chasse aux pokémons… Bref, cette fin de grossesse, bien qu’un peu longuette, se déroule très bien. Je m’en vais vous livrer mon expérience un peu plus en détails, pour les futures mamans intéressés par mon ressenti !

Pour en savoir plus sur mes deux premiers trimestres de grossesse, je vous invite à lire cet article.

LA FIN DU TROISIÈME TRIMESTRE
(8ÈME ET 9ÈME MOIS, DE 30 À 40 SEMAINES)

Dans mon précédent article maternité, publié le 2 Juin dernier, j’étais rendue à 30 semaines de grossesse (ou 32 semaines d’aménorrhée).  Je vous parlais du septième mois de grossesse, qui s’était très bien déroulé, malgré une fatigue de plus en plus présente. Les tâches ménagères quotidiennes qui ne me posaient jusque là aucun problème commençaient à devenir difficile, et j’étais de plus en plus sujette aux contractions de Braxton Hicks (un phénomène normal en fin de grossesse).

Dix semaines se sont écoulée depuis ! Durant ce laps de temps, peu de choses ont changé. Le mois de Juin, mon huitième mois de grossesse, a été le plus difficile de tous. J’ai commencé à ressentir la fatigue d’avantage et j’étais physiquement incapable de faire certaines choses pourtant simples, comme passer la serpillère. Cependant, je suis restée assez active, dans la limite de mes capacités. Comme je vis sur une petite île, je marche beaucoup. Avec les températures élevées que nous avons, j’ai aussi bien profité de ma piscine, que ce soit pour barboter, faire quelques exos dans l’eau ou nager quelques brasses.

Concernant le bébé, j’ai eu une petite frayeur au début de ce huitième mois car ma gynécologue a noté une baisse de croissance lors d’une échographie de routine. Ça n’a pas eu l’air de la préoccuper outre mesure, mais si vous avez des enfants, vous pouvez facilement imaginer l’inquiétude que j’ai ressentie ce jour-là. Cependant, j’ai très vite relativisé, car on m’avait annoncé tout au long de ma grossesse un grand et gros bébé. Ma fille n’avait bien évidemment pas pu rétrécir dans mon ventre, donc elle se trouvait forcément dans la moyenne… Je sais aussi que les estimations de poids et de taille des fœtus sont loin d’être fiables, et qu’entre deux échographies différentes, des écarts importants peuvent être trouvés. J’ai bien fait de rester zen, car je n’ai plus entendu parler de ce problème de croissance depuis ce jour-là… Mon médecin m’a encore dit il y a deux jours qu’il s’agissait d’un « beau » bébé, on verra ce qu’il en est réellement à la naissance !

date-butoir-2

Le neuvième mois, qui coïncidait avec le mois de Juillet, s’est très bien passé. Gleb et moi avons reçu un couple d’amis pendant une petite semaine et je suis contente d’avoir pu profiter de bons moments avec eux, même si la fatigue et la chaleur m’ont empêché de faire certaines activités.

Curieusement, j’ai constaté un regain d’énergie durant ces trois dernières semaines. J’ai la chance de vivre une fin de grossesse très sereine : je n’ai pas de mal de dos (ou alors occasionnellement, mais toujours très supportable), mon ventre ne me semble pas « lourd » à porter et je dors toujours bien la nuit. Je ne ressens pas cette sensation de ras-le-bol que beaucoup de femmes évoquent à la fin de leur grossesse.

Néanmoins, tout n’est pas rose tout le temps : j’ai beaucoup de contractions tout au long de la journée, qui ne sont heureusement pas douloureuses. Je ressens juste une sensation de « pincement » et mon ventre qui se contracte.
J’ai par contre connu un épisode très douloureux il y a quelques jours : une douleur très intense et continue dans les reins, qui n’a fait qu’empirer pendant plusieurs heures, au point où il m’était impossible de me lever, encore moins de marcher. J’ai même fini par vomir de douleur… Le tout accompagné de contractions non douloureuses, mais régulières. J’ai fini par croire que le jour J était arrivé, mais j’étais très déstabilisée par cette douleur constante dans les reins et par ces contractions non douloureuses qui ne collaient pas avec les symptômes classiques d’un début de travail. J’ai donc décidé de ne pas aller à la maternité et de voir comment les choses évoluaient… J’ai visiblement bien fait, car j’ai fini par m’endormir et la douleur a peu à peu diminué, au point de disparaitre totalement le lendemain dans la journée.

Ma mère et le plus jeune de mes deux petits frères sont arrivés chez moi il y a dix jours. Pour les vacances, certes, mais surtout pour me donner un coup de main et pour faire la connaissance du bébé… J’ai désormais peur qu’ils ne la rencontrent pas avant leur départ la semaine prochaine ! J’ai l’impression que ce bébé ne verra jamais le jour et j’espère vraiment éviter le déclenchement. Sans péridurale, je crains de très mal supporter la douleur causée par un déclenchement médical, qui est généralement plus intense. J’ai rendez-vous demain matin avec ma gynécologue et j’aurai sans doute une idée plus précise de ce qui m’attend dans les prochains jours. Mais tant que ma fille est en bonne santé, je préfère que les choses se fassent naturellement. Jusqu’à présent, elle se porte toujours à merveille, alors il ne me reste plus qu’à prendre mon mal en patience ! En attendant, je marche beaucoup malgré la chaleur de plomb, je vais à la plage avec ma famille, je nage dans les vagues ou dans ma piscine… Ce qui n’a pas l’air de motiver la demoiselle outre mesure. Allez, mon bébé… ne nous fait pas attendre plus longtemps !

Ce que j’ai aimé :

– L’excitation et l’impatience à mesure que l’on approche de la fameuse date.
– Terminer les derniers préparatifs dans la chambre du bébé.
– Passer du temps en famille avant le grand chamboulement.

Ce que j’ai détesté :

– L’épisode (très) douloureux dont je ne connais toujours pas la cause.
– La fonte musculaire : même si je n’ai pas pris beaucoup de poids (environ 7kg à ce jour), j’ai perdu énormément de muscle et j’ai hâte de me remettre au sport pour me sentir mieux.

À 35 et 39 semaines de grossesse.
À 35 et 39 semaines de grossesse.

L’avantage, quand on atteint le terme officiel, c’est qu’on peut réellement faire le bilan de sa grossesse. On sait qu’il ne reste que quelques jours, tout au plus, avant de rencontrer enfin son bébé. Cette période de ma vie a été magique, malgré les nausées, la fatigue ou les douleurs récentes. Je savoure vraiment la chance que j’ai eu de vivre ces neufs derniers mois sans souci, sans complication et avec grande sérénité. J’espère désormais que tout continuera à se passer aussi bien jusqu’au bout et j’attends impatiemment la suite des événements. Le prochain article que vous lirez ici sera probablement celui dans lequel je vous annoncerai la naissance de notre fille. Mais quand ? Telle est la question… En attendant, n’hésitez pas à vous abonner à mon compte Instagram, sur lequel je donne régulièrement des nouvelles !

il y a 3 commentaires

  1. Une petite puce qui se fait désirer 🙂 J’espère que ton accouchement se déroulera aussi bien que ta grossesse ! Je t’envoie plein d’ondes positives <3

Laissez-moi un petit mot au sujet de cet article !